Actualités

LA PAGE DU DIMANCHE

Retrouvez sur cette page les chants, les textes de la Parole de Dieu, l'homélie, la prière universelle et les annonces de la semaine.

En savoir plus...

Comment se confesser à l'heure du confinement ?

« Si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t'adresses directement à Dieu » pour lui demander son pardon, a expliqué le pape François en s'appuyant sur le Catéchisme de l'Église catholique (CEC).

En savoir plus...

COVID-19 : Message des évêques de France aux catholiques et à tous nos concitoyens

logo_cef_rvb_horizontal

L’ensemble des évêques de France invite les Français à un geste commun le mercredi 25 mars prochain. Les catholiques lui donneront une signification particulière en raison de la fête de l’Annonciation, mais tout le monde peut s’y joindre : déposer une bougie sur sa fenêtre au moment où les cloches sonneront sera une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays. Ce sera aussi l’expression de notre désir que la sortie de l’épidémie nous trouve plus déterminés aux changements de mode de vie que nous savons nécessaires depuis des années. Nous, catholiques, demanderons en même temps à la Vierge Marie de remplir nos cœurs de foi, d’espérance et de charité en ces temps et de nous obtenir la grâce de l’Esprit-Saint pour que nous sachions trouver les gestes nécessaires.

Mgr Éric de Moulins-Beaufort
Archevêque de Reims
Président de la Conférence des évêques de France


Notre pays, avec de nombreux autres, traverse une grande épreuve. Le chef de l’État nous appelle à laisser de côté nos divisions et à vivre ce temps dans la fraternité. C’est pourquoi nous avons voulu que ce message destiné en premier lieu aux catholiques s’adresse aussi à tous nos concitoyens sans distinction. 

Nous le faisons dans un esprit d’humilité, mais avec la certitude que la foi chrétienne a une mission spécifique dans ce monde et qu’elle ne doit pas s’y dérober. Nous pensons aussi à tous ceux et celles qui partagent avec nous la foi en Dieu et la conviction qu’Il accompagne notre vie. Nous pensons enfin à tous ceux et celles qui ne croient pas mais souhaitent que la solidarité et l’esprit de service s’accroissent entre les hommes. 

À tous, nous disons notre désir que notre communauté nationale sorte grandie de cette épreuve. Depuis bien des années déjà notre humanité a l’intuition qu’elle doit changer radicalement sa manière de vivre. La crise écologique nous le rappelle sans cesse, mais la détermination a fait largement défaut jusqu’ici pour prendre ensemble les décisions qui s’imposent et pour s’y tenir. Osons le dire, l’égoïsme, l’individualisme, la recherche du profit, le consumérisme outrancier mettent à mal notre solidarité. Nous avons le droit d’espérer que ce que nous vivons en ce moment convaincra le plus grand nombre, qu’il ne faut plus différer les changements qui s’imposent : alors, ce drame porteur d’angoisse n’aura pas été traversé en vain. 

Le mercredi 25 mars, à 19h30 

Un peu partout en France, les cloches de toutes les églises sonneront pendant dix minutes, non pour appeler les fidèles à s’y rendre, mais pour manifester notre fraternité et notre espoir commun. 

Elles sonneront comme elles ont sonné aux grandes heures de notre histoire, la Libération par exemple. En réponse à ce signe d’espoir, nous invitons tous ceux qui le voudront à allumer des bougies à leur fenêtre. Ce geste, qui est de tradition dans la ville de Lyon, est un signe d’espérance qui transcende les convictions particulières : celui de la lumière qui brille dans les ténèbres ! 

 

 

CE QUI SUIT S’ADRESSE MAINTENANT AUX CATHOLIQUES.

Mercredi 25 mars, nous fêterons l’Annonciation du Seigneur. Elle eut lieu à Nazareth, chez une jeune fille, Marie. Dans sa maison, le Ciel rencontre la terre ; dans sa maison, le salut du monde est conçu ; dans sa maison, une joie nouvelle apparaît, la joie de l’Évangile, une joie pour le monde: «Car rien n’est impossible à Dieu» (Lc 1, 37).

Cette année, sans l’avoir voulu, nous fêterons l’Annonciation, confinés, dans nos maisons ! Pouvons-nous célébrer cette fête plus en vérité, plus intensément, plus en communion?

Quand les cloches sonneront, le 25 mars, à 19h30, que chaque disciple de Jésus, dans sa maison, ouvre sa Bible (ou son ordinateur) et lise, seul ou en famille, le récit de l’Annonciation, dans l’Évangile selon saint Luc, chapitre 1, versets 26 à 38.

Et qu’au même moment chaque maison allume une ou plusieurs bougies, à sa fenêtre, pour dire son espérance et conforter celle de ses voisins.

Nous prierons en communion par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie en nous unissant au chapelet récité, à Lourdes, chaque jour à 15h30. Nous demanderons à Marie de nous protéger et de nous aider à mieux accueillir Jésus dans nos maisons, dans nos cœurs, dans nos vies comme elle l’a fait elle-même pour nous: «Que tout m’advienne selon ta parole» (Lc 1, 38) – [1re dizaine].

Nous confierons à Marie qui devient Mère du Sauveur et qui deviendra notre Mère, nos frères et sœurs malades, nos frères et sœurs soignants, notre communauté humaine éprouvée. Nous lui dirons que nous voulons les aimer comme nous aimons Jésus, «le fruit béni de ses entrailles» (cf. Lc 1, 42), Lui qui a pris sur lui nos souffrances et nos péchés [2e dizaine].

Nous pourrons aussi confier nos craintes et nos doutes à celle qui fut toute bouleversée et s’interrogea: «Comment cela va-t-il se faire?» (Lc 1, 34). La peur d’une vie remise à Dieu, différente de celle dont nous rêvons, rejoint la peur de la mort. Marie la connaît de l’intérieur et nous pouvons lui dire sans cesse: «Prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort», comme l’Église nous l’a appris [3e dizaine].

Enfin, poussés par l’Esprit, nous pourrons dire à Jésus: «Guéris-nous !» Nous ne savons pas quelle sera la réponse sinon que, dans quelques jours, nous fêterons la passion, la mort et la résurrection de Jésus, le premier-né d’une multitude de frères qu’il fait entrer dans la vie de Dieu [4e dizaine.]

[5e dizaine avec intentions particulières].

Ouvrir sa fenêtre, allumer une bougie est un geste de communion que nous voulons offrir à toute la nation pour qu’elle rende hommage aux défunts, victimes du Covid-19, et aussi à ceux qui donnent de l’espoir, soignants, autorités mais aussi famille, amis, voisins.

C’est pourquoi nous vous demandons de relayer ce message très largement autour de vous, par tous les moyens autorisés à votre disposition !

LES ÉVÊQUES DE FRANCE

La lettre est disponible en téléchargement ci-dessous ▼

En savoir plus...

Prière près des reliques de Saint Martial – 16 mars 2020

Je rends grâces pour la foi qui se transmet de générations en générations dans notre diocèse. En particulier de la foi en la puissance d’intercession de son premier évêque Saint Martial. Je rends grâces pour les confréries qui entretiennent sa mémoire et son culte.

C’est Martial qui a apporté en Limousin le nom de Jésus-Christ et son Évangile aux débuts de l’évangélisation de notre pays. C’est par son intercession que nos compatriotes ont été délivrés du mal des ardents en 994. C’est lui que les confrères invoquent fidèlement tous les mercredis soir pour notre diocèse, pour toutes les intentions qui nous sont confiées.

Ce soir encore, de manière solennelle et grave, auprès de ses reliques, dans le cadre du huis-clos imposé par la situation sanitaire, avec les confrères présents, avec Mgr Justin, évêque de notre diocèse jumelé de Ouahigouya, et en communion avec les diocésains qui le peuvent, nous demandons à nouveau à Saint Martial d’intercéder auprès du Seigneur en ce temps d’épreuve.

Saint Martial, ami du Seigneur, toi qui vis en son Royaume, nous te prions de continuer de faire du bien et de nous montrer comment mieux ouvrir notre cœur au Sauveur que tu es venu nous annoncer, à Son Père et à l’Esprit d’amour.

O Dieu trois fois saint, par l’intercession de Marie ta Mère, de Saint Martial, et de tous les saints Limousins, délivre-nous du mal, de ce mal de l’épidémie de Coronavirus qui afflige la plupart des pays, toi qui es Père, Fils et Saint-Esprit pour les siècles des siècles.

 

+ Mgr Pierre-Antoine BOZO

 

En savoir plus...

Aux catholiques du diocèse de Limoges

Note suite aux mesures de confinement prises par le Président de la République

17 mars 2020

+

 

Comme tous nos compatriotes, nous sommes tenus de respecter les normes édictées par le gouvernement pour faire face à la crise sanitaire exceptionnelle du moment. Ce qui signifie concrètement pour les catholiques :

 

- Les églises restent ouvertes quand c’est possible, mais il n’y a plus de célébration de messe en public ni le dimanche, ni en semaine. Les prêtres célèbrent les messes en privé aux intentions qui leur sont confiées et pour le peuple de Dieu.

 

- les baptêmes et mariages sont reportés.

 

- Les obsèques seront célébrées dans la stricte intimité familiale, à concurrence de 20 personnes, en aménageant la célébration pour tenir compte des « gestes barrières ». Les laïcs engagés dans la préparation et la célébration des obsèques seront dispensés de leur mission lorsqu’ils ont plus de 70 ans.

 

- Les prêtres éviteront de sortir et d’aller à la rencontre. Vous pouvez les contacter par téléphone. Ils se déplaceront en cas d’urgence.

 

- Les réunions pastorales sont annulées.

 

- Les différents services du diocèse, en particulier le service communication, le service de la catéchèse, le service de l’Enseignement catholique font en sorte d’assurer une présence par les réseaux sociaux pour permettre de continuer que la mission éducative, la mission d’évangélisation et de communion continue.

 

- Les services caritatifs se coordonnent et font leur possible pour que la mission de l’Église auprès des plus isolés et des plus vulnérables puisse continuer. Des dérogations sont données aux associations pour leur permettre d’accomplir leur mission. Vous êtes invités vous-mêmes à rester attentifs à vos frères et sœurs les plus isolées, les plus vulnérables en les contactant par téléphone et en signalant tout besoin urgent.

 

- La prière reste possible en tous lieux et en tout temps. Le service de communication du diocèse propose de nous aider à nourrir notre foi et notre vie spirituelle via le site internet et les réseaux sociaux. Le prochain numéro du Sillon ne pourra être disponible que dans la version digitale. Soyez attentifs à transmettre des informations et des moyens à ceux qui n’ont pas accès à internet.

 

- La semaine sainte ne pourra pas être célébrée en public. Le site internet du diocèse proposera des retransmissions.

 

Il nous reste à développer notre inventivité pour continuer de vivre selon l’Évangile en ce temps de crise, c’est le moment où jamais que notre charité se fasse inventive. Restons en lien ! Je prie pour que le Seigneur vous donne de grandir durant ce carême d’exception dans la Foi, l’Espérance et la Charité. Saint Martial et tous les saints Limousins, priez pour nous !

 

+ Mgr Pierre-Antoine Bozo

Évêque de Limoges

 

 

En savoir plus...

CORONAVIRUS

Suite aux dernières directives gouvernementales, tout rassemblement supérieur à 100 personnes est interdit, dans le but de freiner la progression du coronavirus.

En conséquence et jusqu'à nouvel ordre, nous sommes invités à maintenir autant que possible les célébrations eucharistiques en régulant la participation aux messes, tout en étant vigilant à ne pas dépasser ce nombre. Dans la plupart des paroisses de Haute-Vienne et de Creuse, cela ne devrait pas trop poser de problème. Invitons néanmoins les paroissiens à garder les distances nécessaires d'un mètre. Pour les églises qui accueillent habituellement plus de 100 personnes, chaque curé pourra mettre en place un dispositif d'accueil et de filtrage, ce qui permettra le maintien de la célébration de l'eucharistie.

 

Pour rappel, 

  • Éviter de se serrer la main et de s’embrasser conduit, dans  la liturgie,  à s’abstenir du geste de paix
  • Pour le rite du lavabo, ne pas hésiter à utiliser une aiguière et de l’eau savonneuse.
  • S’il y a concélébration, les prêtres et autres ministres ne communient que sous le geste de l’intinction.
  • La communion eucharistique ne peut être donnée que dans les mains.
  • Recommander aux prêtres de se laver les mains après avoir donné la communion, même dans la main.
  • Vider les bénitiers présents dans l'église

 

Merci de votre compréhension, je reste à votre disposition.

En union de prière,

En savoir plus...