LA PAGE DU DIMANCHE

2ème dimanche de l'Avent

Dimanche 5 décembre 2021 – 2ème dimanche de l'Avent

Nous voici en marche vers Noël. C’est le moment, à l’invitation d’Isaïe, du
Baptiste, de tracer de nouveaux sentiers d’annonce de la Bonne Nouvelle.
C’est l’heure d’inventer de nouvelles voies de générosité et de don de nous-mêmes.
Avec entrain, avançons sur ces voies menant à une abondance de vie.
En Avent !

Première lecture

« Dieu va déployer ta splendeur » (Ba 5, 1-9)

Lecture du livre du prophète Baruc

    Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère,
et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours,
    enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu,
mets sur ta tête le diadème de la gloire de l’Éternel.
    Dieu va déployer ta splendeur partout sous le ciel,
    car Dieu, pour toujours, te donnera ces noms :
« Paix-de-la-justice »
et « Gloire-de-la-piété-envers-Dieu ».
    Debout, Jérusalem ! tiens-toi sur la hauteur,
et regarde vers l’orient :
vois tes enfants rassemblés du couchant au levant
par la parole du Dieu Saint ;
ils se réjouissent parce que Dieu se souvient.
    Tu les avais vus partir à pied,
emmenés par les ennemis,
et Dieu te les ramène, portés en triomphe,
comme sur un trône royal.
    Car Dieu a décidé
que les hautes montagnes et les collines éternelles
seraient abaissées,
et que les vallées seraient comblées :
ainsi la terre sera aplanie,
afin qu’Israël chemine en sécurité
dans la gloire de Dieu.
    Sur l’ordre de Dieu,
les forêts et les arbres odoriférants
donneront à Israël leur ombrage ;
    car Dieu conduira Israël dans la joie,
à la lumière de sa gloire,
avec sa miséricorde et sa justice.

– Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 125 (126), 1-2ab, 2cd-3, 4-5, 6)

R/ Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
nous étions en grande fête ! (Ps 125, 3)

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie.

Alors on disait parmi les nations :
« Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! »
Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
nous étions en grande fête !

Ramène, Seigneur, nos captifs,
comme les torrents au désert.
Qui sème dans les larmes
moissonne dans la joie.

Il s’en va, il s’en va en pleurant,
il jette la semence ;
il s’en vient, il s’en vient dans la joie,
il rapporte les gerbes.

Deuxième lecture

« Dans la droiture, marchez sans trébucher vers le jour du Christ » (Ph 1, 4-6.8-11)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens

Frères,
    à tout moment, chaque fois que je prie pour vous tous,
c’est avec joie que je le fais,
    à cause de votre communion avec moi,
dès le premier jour jusqu’à maintenant,
pour l’annonce de l’Évangile.
    J’en suis persuadé,
celui qui a commencé en vous un si beau travail
le continuera jusqu’à son achèvement
au jour où viendra le Christ Jésus.
    Dieu est témoin de ma vive affection pour vous tous
dans la tendresse du Christ Jésus.
    Et, dans ma prière,
je demande que votre amour vous fasse progresser de plus en plus
dans la pleine connaissance et en toute clairvoyance
    pour discerner ce qui est important.
Ainsi, serez-vous purs et irréprochables
pour le jour du Christ,
    comblés du fruit de la justice
qui s’obtient par Jésus Christ,
pour la gloire et la louange de Dieu.

    – Parole du Seigneur.

Évangile

« Tout être vivant verra le salut de Dieu » (Lc 3, 1-6)

Alléluia. Alléluia.
Préparez le chemin du Seigneur,
rendez droits ses sentiers :
tout être vivant verra le salut de Dieu.
Alléluia. (cf. Lc 3, 4.6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

L’an quinze du règne de l’empereur Tibère,
Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée,
Hérode étant alors au pouvoir en Galilée,
son frère Philippe dans le pays d’Iturée et de Traconitide,
Lysanias en Abilène,
            les grands prêtres étant Hanne et Caïphe,
la parole de Dieu fut adressée dans le désert
à Jean, le fils de Zacharie.

    Il parcourut toute la région du Jourdain,
en proclamant un baptême de conversion
pour le pardon des péchés,
    comme il est écrit dans le livre des oracles d’Isaïe, le prophète :
Voix de celui qui crie dans le désert :
Préparez le chemin du Seigneur,
rendez droits ses sentiers.
    Tout ravin sera comblé,
toute montagne et toute colline seront abaissées ;
les passages tortueux deviendront droits,
les chemins rocailleux seront aplanis ;
    et tout être vivant verra le salut de Dieu.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

HOMÉLIE

« Jérusalem, Jérusalem, quitte ta robe de tristesse !» C’est à un moment où tout allait mal en Palestine qu'un prophète osait crier ce message d'espérance. Nous sommes toujours, nous aussi, dans un monde morose et difficile. Chaque jour les médias, enveloppent notre planète dans un immense manteau de tristesse : pandémie, accidents, morts, chômage, inflation, crises sociales ou économiques, violences. Et chacun de nous, personnellement, possède aussi sa robe de soucis, d'échecs, de péchés. C'est justement dans ce contexte-là que l'espérance chrétienne réagit, en croyant que le « monde peut quitter sa robe de tristesse pour revêtir la parure de la Gloire de Dieu ». Nous disons parfois que nous ne pouvons pas changer le monde, que nous n'y pouvons rien à toutes ces robes de tristesse qui enveloppent notre humanité. Eh bien ne rêvons pas : si nous ne pouvons pas changer le monde, nous pouvons changer nos cœurs. Il y a des montagnes d'égoïsme, des collines de paresse, des ravins d'injustice, des passages tortueux de mensonges en nous ! Rasons-les ! Mettons le bulldozer dans notre vie à nous !

Quand, dans l’Évangile du jour, on voit défiler solennelle­ment les têtes couronnées de l’époque : Tibère l’empereur, Ponce­ Pilate le préfet, Hérode et Lysanias, les roitelets de la région, Anne et Caïphe, les pontifes, on a envie de sourire. Jean-Baptiste à côté fait pâle figure. Que sont-ils devenus tous ces puissants du moment. Non, l’histoire en définitive n’appartient pas vraiment aux hommes. Et si l’Évangile donne ce luxe de détails historiques pour situer l’action du Baptiste, c’est bien pour souligner que Dieu, par son Fils est entré dans l’histoire. C’est lui qui donne à l’histoire son fil conducteur, son orientation, son sens. Il fait de son Fils le Seigneur de l’histoire, vers lequel tous les cœurs doivent converger.

Non, le temps n’est pas un perpétuel recommencement, une roue qui tourne, où alternent les progrès et les reculs, où revien­nent périodiquement les guerres et les festivités, les crues et les décrues.

Non, le temps n’est pas non plus un tapis roulant qui se déroule, sous l’effet du hasard, sans but ni finalité, comme cette planète Terre allant se perdre à vive allure dans l’infini des mondes.

Le temps apparaît plutôt, pour le chrétien comme un fleuve unique, un fleuve qui a une source : Le Christ. La longue succession des millénaires est en fait une Histoire sainte. Dès lors, pour le christianisme, le temps a une importance fondamentale, c’est en lui que se déroule l’histoire du salut. Comprendrons-nous donc un jour qu’il se passe quelque chose d’important sur notre Terre, que se réalise discrètement, lentement, la lente germination des fils de Dieu de l’éternité. Et voilà bien tout le sens de ce nouvel Avent

Mais notre vie aussi est une Histoire sainte. En amont de notre vie, il y a quelqu’un qui nous a aimés avant que nous soyons : le Christ. En aval de notre vie, il y a quelqu’un qui nous attend pour nous couronner comme une épouse : le Christ. Entre ces deux dates extrêmes, il y a quelqu’un qui chemine à nos côtés et qui nous soutient par chaque sacrement, chaque messe, chaque fête, chaque Noël, chaque Pâque : le Christ. Oui, le Christ derrière, le Christ devant, le Christ à nos côtés, le Christ partout, toute notre vie est baignée de sa merveilleuse présence. Depuis que le Christ est entré dans l’histoire et dans notre histoire personnelle, il n’y a pas une minute de notre vie qui soit profane. Chaque instant est christique, et, si nous sommes réceptifs à son action omniprésente, chaque seconde fabrique de l’éternel avec Lui.

Hélas, nous avons toujours la possibilité d’oublier notre destination, de rebrousser chemin en régressant vers le passé ou simplement de noyer cette vie divine qui nous a été donnée. Et voilà que l’Église, comme Jean-Baptiste, quitte à crier dans le désert, reprend les paroles du précurseur, avec la même force, la même vigueur, voire la même rigueur ! Réveillez-vous donc, et convertissez-vous !

Convertissez-vous. Voici le temps de l’Avent, voici Noël, le temps de la réconciliation, le temps du pardon. Encore faut-il se reconnaître pécheurs.

Voici donc plus que jamais le temps de l’espérance, cette venue qui pousse le chrétien à ne pas perdre de vue le but dernier qui donne sens et valeur à son existence tout en ayant la certitude que sur cette route la grâce du Christ l’accompagne et que l’Esprit va souffler en ce troisième millénaire. Avec cette certi­tude que la Vierge de l’Immaculée Conception que nous allons fêter mercredi soit pour les chrétiens l’étoile qui guidera leurs pas à la rencontre de son Fils.

 

 

PRIÈRE UNIVERSELLE

Prêtre : Prions le Seigneur qui envoie des prophètes pour nous apprendre à vivre en Dieu.

 

Seigneur, toi qui fais revenir « de tous les exils » et « aplanis tous les chemins », nous te prions pour l’Eglise, ses serviteurs. Fais murir leur foi, qu’ils soient de vrais prophètes pour mener le peuple chrétien « vers un baptême de conversion ».

 

Seigneur, toi qui invites « à quitter la robe de tristesse », à tourner nos regards et nos cœurs vers toi, nous te prions pour tous ceux qui ont besoin d’être consolés. Que l’Esprit saint les conduisent à la source de toute consolation, c’est à dire le Père.

 

Seigneur, toi qui nous livres un commandement d’amour, inspire-nous des gestes et des actes d’authentique fraternité, et aide-nous à discerner les actions les plus bénéfiques pour nos frères burkinabés de la paroisse-sœur du Christ Roi de l’univers, victime de conditions économiques et sociales dramatiques et du terrorisme aveugle.

 

Seigneur, mets sur notre route des porte-voix comme Jean-Baptiste ; que nous entendions leurs paroles de conversion et de libération pour le projet de salut de Dieu.

 

Prêtre : Ta Parole, Seigneur, éclaire le chemin qui nous conduit à ta rencontre. Guide vers toi tous ceux qui espèrent ta tendresse, toi qui nous aimes pour les siècles des siècles.

 

 

Revenir