LA PAGE DU DIMANCHE

25ème dimanche Ordinaire

Dimanche 19 septembre 2021 – 25ème dimanche ordinaire

Jésus annonce le coeur même de notre foi sa mort et sa résurrection
Préoccupés qu’ils sont d’avoir une place sous le soleil de Dieu les disciples ne
comprennent pas Jésus Rien d’exaltant dans son annonce aux futurs messagers
de l’Évangile et à l’Église invités à accueillir avec simplicité tous les
hommes quels qu’ils soient

Première lecture

« Condamnons-le à une mort infâme » (Sg 2, 12.17-20)

Lecture du livre de la Sagesse

Ceux qui méditent le mal se disent en eux-mêmes :
    « Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie,
il s’oppose à nos entreprises,
il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu,
et nous accuse d’infidélités à notre éducation.
    Voyons si ses paroles sont vraies,
regardons comment il en sortira.
    Si le juste est fils de Dieu,
Dieu l’assistera, et l’arrachera aux mains de ses adversaires.
    Soumettons-le à des outrages et à des tourments ;
nous saurons ce que vaut sa douceur,
nous éprouverons sa patience.
    Condamnons-le à une mort infâme,
puisque, dit-il, quelqu’un interviendra pour lui. »

    – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 53 (54), 3-4, 5, 6.8)

R/ Le Seigneur est mon appui entre tous. (Ps 53, 6b)

Par ton nom, Dieu, sauve-moi,
par ta puissance rends-moi justice ;
Dieu, entends ma prière,
écoute les paroles de ma bouche.

Des étrangers se sont levés contre moi,
des puissants cherchent ma perte :
ils n’ont pas souci de Dieu.

Mais voici que Dieu vient à mon aide,
le Seigneur est mon appui entre tous.
De grand cœur, je t’offrirai le sacrifice,
je rendrai grâce à ton nom, car il est bon !

Deuxième lecture

« C’est dans la paix qu’est semée la justice, qui donne son fruit aux artisans de paix » (Jc 3, 16 – 4, 3)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Bien-aimés,
    la jalousie et les rivalités mènent au désordre
et à toutes sortes d’actions malfaisantes.
    Au contraire, la sagesse qui vient d’en haut
est d’abord pure,
puis pacifique, bienveillante, conciliante,
pleine de miséricorde et féconde en bons fruits,
sans parti pris, sans hypocrisie.
    C’est dans la paix qu’est semée la justice,
qui donne son fruit aux artisans de la paix.
     D’où viennent les guerres,
d’où viennent les conflits entre vous ?
N’est-ce pas justement de tous ces désirs
qui mènent leur combat en vous-mêmes ?
    Vous êtes pleins de convoitises et vous n’obtenez rien,
alors vous tuez ;
vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins,
alors vous entrez en conflit et vous faites la guerre.
Vous n’obtenez rien
parce que vous ne demandez pas ;
    vous demandez, mais vous ne recevez rien ;
en effet, vos demandes sont mauvaises,
puisque c’est pour tout dépenser en plaisirs.

    – Parole du Seigneur.

Évangile

« Le Fils de l’homme est livré…Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le serviteur de tous » (Mc 9, 30-37)

Alléluia. Alléluia.
Par l’annonce de l’Évangile,
Dieu nous appelle à partager
la gloire de notre Seigneur Jésus Christ.
Alléluia. (cf. 2 Th 2, 14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    Jésus traversait la Galilée avec ses disciples,
et il ne voulait pas qu’on le sache,
    car il enseignait ses disciples en leur disant :
« Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ;
ils le tueront
et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »
    Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles
et ils avaient peur de l’interroger.
    Ils arrivèrent à Capharnaüm,
et, une fois à la maison, Jésus leur demanda :
« De quoi discutiez-vous en chemin ? »
    Ils se taisaient,
car, en chemin, ils avaient discuté entre eux
pour savoir qui était le plus grand.
    S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit :
« Si quelqu’un veut être le premier,
qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »
    Prenant alors un enfant,
il le plaça au milieu d’eux,
l’embrassa, et leur dit :
    « Quiconque accueille en mon nom
un enfant comme celui-ci,
c’est moi qu’il accueille.
Et celui qui m’accueille,
ce n’est pas moi qu’il accueille,
mais Celui qui m’a envoyé. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

HOMÉLIE

La rentrée scolaire est déjà faite. La rentrée universitaire est en route et celle de la pastorale démarre vraiment ce dimanche. Voici devant nous une année entière qui s'ouvre. Mais qu'allons-nous en faire : à l'école, au travail, en paroisse, et partout où l'on vit ? Une année où l'on va ronronner où une année pleine de dynamisme, une année où on va essayer d'être le premier en écrasant les autres où une année où on va essayer d'être au service des autres, de ceux qui sont un peu perdus, qui ont besoin de nous ? Partout on attend des engagements, des services à rendre. Quels sont les besoins encore non pris en charge dans ma communauté ? L'évangile de ce dimanche est parfaitement adapté à ce début d'année. Laissons-nous encore une fois interroger par Jésus. Jésus annonce aujourd'hui dans l'évangile qu'on vient d'entendre qu'Il va être "livré aux mains des hommes", rectifiant ainsi les idées de grandeur que nous les hommes nous nous faisons de Dieu. C'est vrai, que lorsqu'on essaye d'imaginer Dieu, on s'en fait souvent une image de Chef, d’Être tout-puissant, alors que la toute-puissance de Dieu est celle de l'amour et de la paternité. La primauté de Dieu n'est pas une puissance de domination mais de service. Si justement la grandeur de Dieu se trouve dans la discrétion, dans la simplicité, cela nous invite à un retournement complet de nos conceptions sur la grandeur de l'homme. Dans les sociétés humaines, ce qui est naturel c'est de rechercher la position de force. Et c'est aussi la loi du monde animal, si fortement hiérarchisé: la loi de la jungle, où les grands dominent les petits, où les forts écrasent les faibles. C’est aux êtres humbles, simples et fragiles que le Seigneur s’adresse, et non aux puissants, à ceux qui écrasent les autres. Jésus vient précisément renverser cette "logique" de la loi du plus fort : "Que le premier se fasse le dernier..." Que le plus grand soit "le serviteur de tous" ! Jésus nous propose aujourd'hui une autre solution assez déconcertante: que celui qui commande se fasse volontairement le serviteur de tous, que le meilleur soit au service de l'autre ! Et pour cela Jésus nous donne une image très simple, comme une icône, celle de l'enfant ! Car l'enfant est cet être petit, socialement peu considéré, incapable de se défendre, et dont on peu se débarrasser assez facilement. L'enfant est le pauvre par excellence, livré aux mains des forts, de plus puissants que lui. En ce début d'année nouvelle, alors que les diverses activités reprennent leur cours, demandons-nous à quel endroit nous allons servir à la manière d'un enfant ! Et comment nous envisageons d'être les premiers !

 

PRIÈRE UNIVERSELLE

Prêtre : Forts de notre foi et sûrs de ton amour, Seigneur, nous te confions nos prières.

 

« Celui qui accueille en mon nom, c’est moi qu’il accueille ». Seigneur, nous te confions l’Eglise et ses serviteurs. Soutiens-les dans leurs actions faites au nom du Christ. Que malgré les épreuves, ils révèlent que le mystère pascal est l’essentiel de notre foi.

 

Seigneur, toi qui as dit : « Je ne suis pas venu pour être servi, mais pour servir », nous te prions pour nos sociétés de pouvoir, de vanité et de violence. Eclaire-les, qu’elles retrouvent le sens du service et travaillent à plus de justice.

 

Seigneur, toi qui es « le premier dans le service et dans l’amour et qui t’es livré et donné pour les hommes », nous te confions tous les petits, les opprimés, les faibles. Que chaque baptisé ait l’humilité nécessaire pour reconnaître et accueillir à travers eux, ton visage.

 

Seigneur, toi qui n’as  « jamais abandonné aucun de tes prophètes », nous te prions pour notre communauté chrétienne. Donne-nous d’aller au bout de notre foi et de trouver bonheur et sagesse dans la fidélité à ton nom.

 

Prêtre : Toi le Serviteur, le seul Juste, regarde avec miséricorde ceux qui comptent sur toi. Exauce les demandes que nous t’adressons pour eux, toi qui vis et règnes avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, maintenant et dans les siècles des siècles.

 

Revenir