LA PAGE DU DIMANCHE

29ème dimanche ordinaire B

29ème dimanche ordinaire - 21 octobre 2018

Nous célébrons aujourd’hui le Dimanche missionnaire mondial. Il ne s’agit pas, pour la grande majorité d’entre nous, de partir aux extrémités du monde car cette journée est d’abord, semble-t-il, un APPEL qui est relié au baptême de chacun. Baptisés, nous avons vocation à porter l’Evangile, d’abord à nos proches, et d’englober dans notre prière et notre soutien cette immense foule qui affirme sa Foi en Jésus. « TENONS FERMEMENT » nous dit la deuxième lecture, et soyons unis aux communautés qui, elles aussi, nous soutiennent.

Lecture du livre du prophète Isaïe (53, 10‑11)

« S’il remet sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance, il prolongera ses jours »

Broyé par la souffrance, le Serviteur a plu au Seigneur. S’il remet sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance, il prolongera ses jours : par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira. Par suite de ses tourments, il verra la lumière, la connaissance le comblera. Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs fautes. – Parole du Seigneur.

Psaume 32 (33) Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme notre espoir est en toi !

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi !

Lecture de la lettre aux Hébreux (4, 14‑16)

« Avançons-nous avec assurance vers le Trône de la grâce »

Frères, en Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui a traversé les cieux ; tenons donc ferme l’affirmation de notre foi. En effet, nous n’avons pas un grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, mais un grand prêtre éprouvé en toutes choses, à notre ressemblance, excepté le péché. Avançons-nous donc avec assurance vers le Trône de la grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours. – Parole du Seigneur.

 

Évangile selon saint Marc (10, 35‑45)

" Le Fils de l’homme est venu donner sa vie en rançon pour la multitude »

En ce temps-là, Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent de Jésus et lui disent : « Maître, ce que nous allons te demander, nous voudrions que tu le fasses pour nous. » Il leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? » Ils lui répondirent : « Donne-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dansta gloire. » Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez.  Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, être baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé ? » Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez ; et vous serez baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé. Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé. » Les dix autres, qui avaient entendu, se mirent à s’indigner contre Jacques et Jean. Jésus les appela et leur dit : Vous le savez : ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

 

Homélie :

L'actualité journalière étale dans la presse ces luttes de pouvoir continuelles, au plan politique ou au plan économique. Et les baromètres BVA nous abreuvent chaque semaine du degré de popularité de ceux qui nous gouvernent, ou vont demain nous gouverner. Nous assistons, amusés ou peinés, à des rivalités qui essaient de se cacher mais que personne n’ignore. On a beau dissimuler les couteaux, le manche sort un peu trop de la poche. Et pourtant ne jugeons pas trop vite : ce désir du pouvoir est profondément ancré dans l'être humain. Et pas seulement chez les politiques et les magnats de l'économie, mais chez chacun d'entre nous. Comme les disciples qui critiquaient l'attitude de Jacques et Jean, ne blâmons pas trop vite ceux qui prennent le pouvoir : il se pourrait que nos critiques soient aussi une forme subtile de jalousie. Le comble, c'est que ce désir de pouvoir, on le retrouve même chez les priants qui entendent faire plier la volonté de Dieu : Seigneur, que ma volonté soif faite et pas la tienne ! Cette volonté de toute-puissance, on la retrouve chez ceux qui ne comprennent pas que Dieu ne puisse pas faire un petit miracle pour eux quand ils ont appelé avec foi Celui qu'ils considèrent comme le dépanneur universel. Cette soif du pouvoir, elle s'explique aussi parce que l'être humain a besoin de créer, qu'il trouve plaisir à réaliser une fonction exaltante et valorisante, et puis, parce que des « chefs », il en faut bien dans une cité. Et ceux qui « abandonnent » le pouvoir par peur de l'exercer, ceux qui « laissent faire » les autres par lassitude ou crainte d'être mal jugés, par peur aussi de se salir les mains dans l'inévitable cambouis d'une vie engagée, sont mal placés pour critiquer ceux qui sont prêts à assumer le pouvoir. Mais cela étant dit, il y a pouvoir et pouvoir. En fait, si la course au pouvoir est mal ressentie à tous les échelons, c'est que personne n'ignore que le pouvoir soumet celui qui le possède à des tentations permanentes et puissantes. La Tentation d'en abuser. La Tentation de briller et d'être considéré. La Tentation de goûter la joie narcissique et infantile de dominer. La Tentation d'user de ce pouvoir pour séduire, la Tentation de s'enrichir. Et pour tout dire la Tentation de se servir. Heureusement, et ce n'est pas du luxe, le Christ vient ici évangéliser la pulsion de domination. Tu veux commander ? En soi, ce n'est pas mal, mais alors, tu dois servir, et plus tu montes dans l'échelle hiérarchique et plus tu dois servir, tu dois devenir le serviteur de tes frères. On se bat, dans les coulisses des ministères pour avoir demain un bon portefeuille ? Mon Dieu, on a bien raison ! à condition qu'on ait compris que le mot ministre signifie justement en latin serviteur. Dieu veuille qu'il y ait beaucoup d'hommes généreux à vouloir devenir ministres ! Et Dieu sait si, dans notre monde, il y a de la place pour le service : la lutte contre la misère n'est-elle que l'occasion d'un beau discours électoraliste ou une préoccupation qui empêche de dormir tant que des actes effectifs ne sont pas posés ? L'autorité ne s'impose que si elle aime. C'est dans l’Église surtout que le pouvoir doit devenir service, et non utilisation du sacré pour se présenter au nom de Dieu et mieux asservir. Le plus beau titre du pape n'est pas Souverain pontife, mais bien le serviteur des serviteurs. C'est dans l’Église surtout que ceux qui ont une responsabilité quelconque, prêtres ou laïcs, doivent imiter le Christ. C'est dans l’Église surtout qu'à l'exemple du Christ le chrétien sait qu'il doit servir au besoin jusqu'à la mort. Combien de missionnaires, de prêtres engagés dans de nombreux continents ont donné leur vie pour le service des communautés. Pour conclure, une grande espérance : Celle de régner un jour, eh oui, de régner... avec et aux côtés du Christ dans ce royaume où toutes les hiérarchies seront bousculées comme des échafaudages devenus inutiles, et où brilleront d'un éclat incomparable, les petits, les humbles, les généreux qui auront passé leur vie à servir.

Prière universelle

Prêtre : Dieu est pour nous un appui, un bouclier. Confions au Père tous les hommes.

Prions pour l’Église, particulièrement pour les communautés clandestines persécutées dans leurs pays, et qui continuent silencieusement et héroïquement à VIVRE leur foi, Seigneur nous te prions.

Pour tous les hommes et femmes consacrées ainsi que les laïques qui soutiennent par leurs prières les missionnaires qui annoncent l’Evangile sur tous les continents, Seigneur nous te prions.

Pour que les maîtres des nations détenteurs du pouvoir, usent de leur autorité avec justice et bienveillance pour la dignité de leurs peuples, Seigneur nous te prions.

Pour que notre communauté, rassemblée chaque semaine par la célébration eucharistique, progresse dans l’accueil et l’écoute de chacun, Seigneur nous te prions.

Prêtre : Tu es, Père, notre vie, notre espérance. Dans ta miséricorde, daigne exaucer la prière que nous t’adressons pour tous les hommes, par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

 

Revenir