LA PAGE DU DIMANCHE

Dimanche de la Trinité

Dimanche de la Trinité - 16 juin 2019

En cette fête de la Trinité, le psaume donne la tonalité : la joie. « O Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la Terre ». Joie devant la splendeur de Dieu et aussi devant la splendeur de l’homme, splendeur où la Sagesse joue un rôle dans la création. Emerveillement de saint Paul : par notre foi, nous sommes réintégrés dans l’Alliance de Dieu et la communauté trinitaire.

En célébrant la fête de la Trinité, nous ne contemplons pas de loin un mystère impénétrable, nous célébrons l’entrée de l’humanité dans la maison de Dieu.

Lecture du livre des Proverbes (8, 22-31)

La Sagesse a été conçue avant l’apparition de la terre

Écoutez ce que déclare la Sagesse de Dieu : « Le Seigneur m’a faite pour lui, principe de son action, première de ses œuvres, depuis toujours. Avant les siècles j’ai été formée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre. « Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée, quand n’étaient pas les sources jaillissantes. Avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines, je fus enfantée, avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace, les éléments primitifs du monde. « Quand il établissait les cieux, j’étais là, quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme, qu’il amassait les nuages dans les hauteurs et maîtrisait les sources de l’abîme, quand il imposait à la mer ses limites, si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre, quand il établissait les fondements de la terre. Et moi, je grandissais à ses côtés. « Je faisais ses délices jour après jour, jouant devant lui à tout moment, jouant dans l’univers, sur sa terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes. » – Parole du Seigneur.

Psaume 8 Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand, ton nom, par toute la terre !

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?

Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
le couronnant de gloire et d’honneur ;
tu l’établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds.

Les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (5, 1‑5)

Vers Dieu par le Christ dans l’amour répandu par l’Esprit

Frères, nous qui sommes devenus justes par la foi, nous voici en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, lui qui nous a donné, par la foi, l’accès à cette grâce dans laquelle nous sommes établis ; et nous mettons notre fierté dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu. Bien plus, nous mettons notre fierté dans la détresse elle-même, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la vertu éprouvée ; la vertu éprouvée produit l’espérance ; et l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. – Parole du Seigneur.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (16, 12-15)

« Tout ce que possède le Père est à moi ; l’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître »

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Homélie :

Le mystère de la Trinité n'est pas spontanément accessible à nos intelligences humaines rationnelles. Elle échappe à la mentalité scientifique dans laquelle nous baignons, et qui a tendance à ne considérer comme réel que ce qui peut se vérifier ou pire « vu à la télé ». Pourtant, le mystère de la Trinité est de ceux qui répondent à une des attentes les plus profondes de l'humanité. Le secret de notre monde n'est pas une abstraction, une force anonyme obscure, c'est un amour... c'est, pourrait-on dire, la palpitation de « trois cœurs qui s'aiment... » ou, pour utiliser un langage plus traditionnel, mais qui dit la même réalité merveilleuse, Dieu, c'est trois personnes qui ne font qu'un. Ouvrez l'Évangile à toutes les pages. Vous découvrirez que Jésus n'a jamais fait le professeur de religion ou de philosophie. Il n'a donné aucune « leçon » sur la Trinité. Il n'a même jamais prononcé ce mot. Mais, tout simplement, Il a vécu. Il a vécu comme un Fils. Il n'avait, dans le cœur, et sur les lèvres, que le nom de son amour, celui qu'il appelait son Père... « Abba » « Papa ». Nous venons d'entendre ces mots tout simples de l'Évangile, rapportés par saint Jean : « Tout ce que possède le Père, est à moi !», disait Jésus. Et il ajoutait aussitôt : « L'Esprit reçoit ce qui vient de moi  pour vous le faire connaître. » Ainsi, les comportements et les paroles de Jésus, nous introduisent à la fréquentation de « trois personnes » à la fois parfaitement distinctes, et pourtant intimement unies. Oui, Jésus est quelqu'un qui est sans cesse « tourné vers un Autre ». C'est vraiment Jésus, et Jésus seul, qui, dans toute l'histoire de la recherche religieuse de l'humanité, a eu cette audace de penser que Dieu n'est pas un solitaire, qui tournerait en rond sur lui-même, replié dans une sorte d'égoïsme sacré... mais que Dieu est un jaillissement de relations d'amour. Puisque Dieu « a fait l'homme à Son image », selon la Bible, nous n'avons pas de meilleure manière, pour connaître Dieu, que de regarder nos familles humaines, dans ce qu'elles ont de meilleur. En célébrant aujourd'hui la Trinité, réjouissons-nous et contemplons ce Dieu qui est Père, qui est Amour. Mais allons plus loin dans notre découverte. Voici deux jeunes qui ont bâti leur couple. Ils rêvent de ne faire qu'un, à deux. Mais ils restent, inéluctablement, deux et même parfois bien distants, hélas ! Or, voici qu'ils se donnent un enfant l'un à l'autre. Cet enfant, c'est elle tout entière et c'est lui, tout entier. Cet enfant, c'est leur amour devenu vraiment « un ». Ils étaient deux. Ils ne voulaient faire qu'un. Et ils se retrouvent trois. Mais plus unis qu'avant, dans le fruit de leur amour. Par cette image, nous sommes vraiment au cœur de la révélation de Dieu. Plus la science et la technique font du monde une mécanique rationnelle froide et programmée, mathématisée... plus le message évangélique de Jésus est nécessaire, plus il apparaît comme une bonne nouvelle. Oui, en disant mon Credo, j'affirme que le secret créateur du monde est la palpitation de trois cœurs, parfaitement unis dans l'amour. Et nous sommes à leur image.

Prière universelle

Prêtre : Après avoir écouté la Parole de Dieu, faisons monter notre prière vers Dieu qui est Père, Fils et Saint-Esprit.

« Dieu a fait de nous des justes par la foi ». Seigneur, nous te prions pour l’Eglise. Que la communion qui existe entre les personnes divines, l’éclaire et la transforme, afin d’être signe visible de la communion trinitaire.

« L’Espérance ne trompe pas ». Seigneur, nous te prions pour les malades et les personnes isolées, les hommes en détresse. Que l’Esprit Saint leur donne force et espérance.

« L’Esprit Saint nous a été donné ». Seigneur, nous te prions pour les jeunes qui ont reçu le sacrement de Baptême, de l’Eucharistie, de la Confirmation. Apprends-les à aimer grâce à la lumière et à la force de l’Esprit Saint.

« L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs ». Seigneur, nous te prions pour notre communauté chrétienne. Aide -la à s’habiller le cœur pour recevoir l’Esprit de vérité qui mène au Christ.

Prêtre : Dieu dont le nom est grand, exauce la prière que nous faisons monter vers toi par l’Esprit de vérité que Jésus nous a donné. Lui qui règne pour les siècles des siècles.

Revenir