LA PAGE DU DIMANCHE

2ème dimanche de l'Avent C

2ème dimanche de l'Avent C - 9 décembre 2018

Aujourd’hui nous entendons la voix de Jean le Baptiste qui, pour notre conversion, nous conduit sur un chemin à l’abri des obstacles. Ce chemin, qui est l’œuvre de Dieu, nous le parcourons en reconnaissant Dieu comme notre Unique Sauveur, et en ne gardant que l’essentiel pour notre conversion qui est un grand signe d’ESPERANCE.

Lecture du livre du prophète Baruc (5, 1-9)

« Dieu va déployer ta splendeur »

Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu, mets sur ta tête le diadème de la gloire de l’Éternel. Dieu va déployer ta splendeur partout sous le ciel, car Dieu, pour toujours, te donnera ces noms : « Paix-de-lajustice » et « Gloire-de-la-piété-envers-Dieu ». Debout, Jérusalem ! tiens-toi sur la hauteur, et regarde vers l’orient : vois tes enfants rassemblés du couchant au levant par la parole du Dieu Saint ; ils se réjouissent parce que Dieu se souvient. Tu les avais vus partir à pied, emmenés par les ennemis, et Dieu te les ramène, portés en triomphe, comme sur un trône royal. Car Dieu a décidé que les hautes montagnes et les collines éternelles seraient abaissées, etque les vallées seraient comblées : ainsi la terre sera aplanie, afin qu’Israël chemine en sécurité dans la gloire de Dieu. Sur l’ordre de Dieu, les forêts et les arbres odoriférants donneront à Israël leur ombrage ; car Dieu conduira Israël dans la joie, à la lumière de sa gloire, avec sa miséricorde et sa justice. – Parole du Seigneur.

Psaume125 (126) Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête !

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie.

Alors on disait parmi les nations :
« Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! »
Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
nous étions en grande fête !

Ramène, Seigneur, nos captifs,
comme les torrents au désert.
Qui sème dans les larmes
moissonne dans la joie.

Il s’en va, il s’en va en pleurant,
il jette la semence ;
il s’en vient, il s’en vient dans la joie,
il rapporte les gerbes.

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens (1, 4‑6. 8‑11)

« Dans la droiture, marchez sans trébucher vers le jour du Christ »

Frères, à tout moment, chaque fois que je prie pour vous tous, c’est avec joie que je le fais, à cause de votre communion avec moi, dès le premier jour jusqu’à maintenant, pour l’annonce de l’Évangile. J’en suis persuadé, celui qui a commencé en vous un si beau travaille continuera jusqu’à son achèvement au jour où viendra le Christ Jésus. Oui, Dieu est témoin de ma vive affection pour vous tous dans la tendresse du Christ Jésus. Et, dans ma prière, je demande que votre amour vous fasse progresser de plus en plus dans la pleine connaissance et en toute clairvoyance pour discerner ce qui est important. Ainsi, serez-vous purs et irréprochables pour le jour du Christ, comblés du fruit de la justice qui s’obtient par Jésus Christ, pour la gloire et la louange de Dieu. – Parole du Seigneur.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (3, 1‑6)

« Tout être vivant verra le salut de Dieu »

L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode étant alors au pouvoir en Galilée, son frère Philippe dans le pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias en Abilène, les grands prêtres étant Hanne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie. Il parcourut toute la région du Jourdain, en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre des oracles d’Isaïe, le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu.

Homélie :

« Jérusalem, Jérusalem, quitte ta robe de tristesse !» C’est à un moment où tout allait mal en Palestine qu'un prophète osait crier ce message d'espérance. Nous sommes toujours, nous aussi, dans un monde morose et difficile : combien de jeunes et d'adultes se traînent dans des situations apparemment sans issue ! Chaque jour les médias, enveloppent notre planète dans un immense manteau de tristesse : accidents, morts, chômage, inflation, crises sociales ou économiques, violences. Et chacun de nous, personnellement, possède aussi sa robe de soucis, d'échecs, de péchés. C'est justement dans ce contexte-là que l'espérance chrétienne réagit, en croyant que le « monde peut quitter sa robe de tristesse pour revêtir la parure de la Gloire de Dieu ». L'évangile de ce jour nous suggère que cela se fera à trois conditions : Préparez le chemin, aplanissez la route, comblez les ravins. Saint Paul, dans la seconde lecture, nous le redit : « Puisque Dieu a si bien commencé chez vous son travail, je suis persuadé qu’il le continuera jusqu'à son achèvement, au jour où viendra le Christ Jésus. » Si Dieu est à l’œuvre, si l'Amour est en train de façonner de ses propres mains l'homme nouveau, le monde ne peut pas se terminer dans l'échec, l'impasse. Luc a construit sa page d'évangile d'aujourd'hui pour faire ressortir que l'initiative de l'histoire n'appartient pas aux grands, aux princes qui nous gouvernent : Tibère, Ponce Pilate, Philippe, Lysanias, Anne, Caïphe... Non ! ce ne sont pas eux qui ont marqué l'histoire, c'est Jean-Baptiste, le marginal selon les apparences, l'homme du désert qui vit loin des circuits officiels, et sur qui est « tombée » la Parole de Dieu. Quel contraste ! Il y a les puissants qui ne laisseront aucune trace dans l'avenir de l'humanité... Et il y a ce petit, qui est saisi par une présence cachée qui va soulever le monde. Sommes-nous convaincus que Dieu est « au travail » ! Que la Parole de Dieu, aujourd'hui encore, «tombe» sur nous ! Dieu, malgré sa toute-puissance, n'est pas un Dieu «lointain», qui ferait tout « tout seul», d'En-Haut. C'est un Dieu qui fait Alliance, un Dieu qui nous confie la responsabilité réelle de « préparer les chemins du Seigneur, d'aplanir sa route, de combler les ravins, d'abaisser les collines et montagnes, de redresser les passages tortueux, de corriger les routes déformées. Quel travail de bulldozer nous est demandé là ! «Convertissez-vous ! Plongez-vous dans un baptême de conversion des péchés ». Cela veut dire, en clair : Changeons nos cœurs. Nous disons parfois que nous ne pouvons pas changer le monde, que nous n'y pouvons rien à toutes ces robes de tristesse qui enveloppent notre humanité. Eh bien ne rêvons pas : si nous ne pouvons pas changer le monde, nous pouvons changer nos cœurs. Il y a des montagnes d'égoïsme, des collines de paresse, des ravins d'injustice, des passages tortueux de mensonges... en nous ! Rasons-les ! Mettons le bulldozer dans notre vie à nous ! Voilà le message de Jean-Baptiste, répercutant la Parole de Dieu «tombée» sur lui : Allons, il y a du pain sur la planche : au travail avec Dieu en cet Avent, pour préparer la venue de Dieu. Quand Luc décrit l'irruption de Dieu sur Jean-Baptiste, il date avec précision ces événements. « L'an quinze du règne de Tibère... » la Parole de Dieu tomba sur un pauvre homme complètement inconnu qui vivait au désert. Et c'est de lui, l'homme de la Parole et de la Prière, qu'est sorti le tournant de notre histoire. Une des raisons de nos découragements, c'est que nous continuons toujours à compter sur les grands de ce monde (ou de l’Église !), et que nous ne savons pas scruter les germes cachés du monde nouveau, tous les Jean-Baptiste d'aujourd'hui... ceux qui, humblement, sans attendre à demain, invitent les hommes et les femmes de notre temps à se plonger dans un « baptême de conversion pour le pardon des péchés.

Oui, Dieu est au travail... Préparons son chemin... N'attendons pas. Voici venir Dieu, laissons passer Dieu.

Prière universelle

Prêtre : Frères et sœurs, rassemblés pour la louange et la prière, c’est en confiance que nous prions notre Dieu pour toute la famille humaine.

Pour que l’Eglise et tous ses membres progressent dans l’annonce clairvoyante de la Bonne nouvelle pour toutes les nations, Seigneur nous te prions.

Dans la joie du retour vers Dieu par la conversion, pour que les dangers qui menacent les populations et la nature, ne nous égarons pas sur un chemin de tristesse, Seigneur nous te prions.

Pour que notre communauté paroissiale consciente de ses responsabilités pour la vie de l’Eglise (évoquée le 2 décembre dernier) se rejoigne pour partager fraternellement les biens matériels et spirituels qu’elle a reçus pendant cette année, Seigneur nous te prions.

Comme les enfants déjà tournés vers les lumières et les cadeaux, qui ouvrent chaque jour une fenêtre de leur calendrier de l’Avent, ouvrons également nos cœurs vers notre prochain, Seigneur nous te prions.

Prêtre : Dieu notre Père, tu prends soin des hommes que tu aimes. Écoute la prière que nous t’adressons aujourd’hui. Nous te le demandons, par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

 

Go back