Thérèse de Lisieux ou la brûlure d’amour – exposition à la Cathédrale

Thérèse de Lisieux ou la brûlure d’amour

Un parcours photographique sur le thème : « Thérèse de Lisieux ou la brûlure d’Amour » est proposé à la Cathédrale Saint Etienne. Cette exposition présentée par l’association Les Amis de Thérèse de Lisieux a parcouru le monde entier. Elle est composée de photographies de 1,20 mètres de hauteur, et s’articule autour des différentes facettes de l’amour qui a façonné la vie de Thérèse :

  • • l’amour pour les siens (son environnement, sa famille, la Vierge, l’ordre du Carmel, les saints, et bien entendu, Jésus – enfant, souffrant, et ressuscité) ;
  • • l’amour pour les hommes de son temps ;
  • • l’amour pour les hommes, au-delà de sa vie terrestre.

Docteur de l’Église, Thérèse livre son secret «  la petite voie »… à la portée de chacun… à condition d’accepter de se laisser façonner par Jésus dans son quotidien le plus ordinaire.

Petite biographie
Marie-Françoise Thérèse Martin, en religion sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, également connue sous les appellations sainte Thérèse de Lisieux, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus ou encore la petite Thérèse, est une religieuse carmélite française née à Alençon dans l’Orne en France le 2 janvier 1873 et morte à Lisieux en France le 30 septembre 1897. Le retentissement de ses publications posthumes, dont Histoire d’une âme publiée peu de temps après sa mort, en fait l’une des plus grandes saintes du XIXème siècle. La dévotion à sainte Thérèse s’est développée partout dans le monde. Considérée par Pie XI comme l’« étoile de son pontificat », elle est béatifiée puis canonisée dès 1925. Religieuse cloîtrée, elle est paradoxalement déclarée sainte patronne des missions et, avec Jeanne d’Arc, canonisée en 1920, proclamée «  Patronne Secondaire de la France ». Enfin, elle est proclamée Docteur de l’Église par Jean-Paul II en 1997 pour le centenaire de sa mort.

Revenir