LA PAGE DU DIMANCHE

6ème Dimanche de Pâques

Feuille de chants en cliquant sur ce lien

6ème Dimanche de Pâques – 21 mai 2017

Dans ce monde tourmenté par beaucoup de violences, seul l’ESPRIT SAINT, notre défenseur nous donne la force de garder le commandement du Fils : AIMEZ VOUS en PAROLES et en ACTES. Aujourd’hui, par notre célébration, entrons dans cette communauté d’amour et de résurrection, à l’exemple des Apôtres qui l’ont fait grandir.

Lecture du livre des Actes des Apôtres (8, 5‑8. 14‑17)

« Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint »

En ces jours-là, Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. Les foules, d’un même coeur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient. Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris. Et il y eut dans cette ville une grande joie.
Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu. Alors ils y envoyèrent Pierre et Jean. À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ; en effet, l’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint.

Psaume 65 (66) Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur !

Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables !

« Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. »
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme.
Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre (3, 15‑18)

« Dans sa chair, il a été mis à mort ; dans l’Esprit, il a reçu la vie »

Bien-aimés, honorez dans vos cœurs la sainteté du Seigneur, le Christ. Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, afin que vos adversaires soient pris de honte sur le point même où ils disent du mal de vous pour la bonne conduite que vous avez dans le Christ. Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal. Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair ; mais vivifié dans l’Esprit.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (14, 15‑21)

« Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur »

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

Homélie :

Aujourd’hui, le Christ nous dit son désir d’être aimé, et surtout ce qu’est vraiment l’amour. Aimer le Christ : ce n’est pas lui dire de belles paroles gentilles et sans conséquences. Ce n’est pas essentiellement sentir son cœur qui palpite pendant une communion fervente. Aimer le Christ, c’est faire ce qu’il attend de nous. Mais il ne s’agit pas d’un chantage à l’amour. Le Christ ne demande pas une soumission servile. Nous avons tous fait l’expérience de deviner ce qui ferait plaisir à la personne qu’on aime. Aimer le Christ, c’est chercher à lui faire plaisir. De même aimer ses frères, ce n’est pas dire de belles paroles sur les pauvres en mégotant pour ouvrir sa bourse. C’est agir concrètement. C’est prendre le risque d’aimer. L’amour envers Dieu et envers les autres est toujours un pas dans le vide pour aller accueillir et rencontrer l’inconnu. L’amour peut nous emmener tellement loin de nos rassurantes sécurités. Et ce n’est jamais facile d’aimer les autres. C’est devenir des pratiquants de l’amour. Et puis, aimer, c’est témoigner. Aimer, c’est s’identifier à Dieu. C’est donc pratiquement rendre compte de sa foi. Loin donc du silence prétendu respectueux de tant de chrétiens qui n’osent pas affirmer leurs convictions. « Rendez compte de l’espérance qui est en vous », écrit St Pierre, mais il ajoute : « faites-le avec douceur et respect ». Ce qui veut dire : sans fanatisme, ni prosélytisme intolérant. Notre monde vomit les intégrismes de tout poil. Notre foi doit nous rendre plus humain. Notre foi doit nous rendre plus joyeux. Aimer, c’est enfin défendre la vérité : dans un monde où tout se relativise, dans un pluralisme qui a le mérite de la tolérance, mais l’inconvénient de laisser croire que toutes les opinions sont justes, il importe de défendre Celui qui a osé dire non seulement qu’il avait la vérité, mais qu’il était la vérité. A condition là encore de le faire dans le respect profond d’autrui. « Nous n’avons pas mission de faire témoigner la Vérité, mais de témoigner pour elle. » écrivait le Cardinal Henri de Lubac. Pour conclure, aimer, c’est se laisser habiter par l’amour. Aimer, c’est donner, mais c’est d’abord accueillir le don des autres, et surtout le don du Tout-Autre. C’est se savoir pauvre, assez pauvre pour faire appel à une richesse extérieure. Aimer, c’est se mettre à l’écoute du Maître intérieur, justement pour savoir comment aimer. Mais pour l’homme, l’amour vrai est chose rare et difficile : le goût de la possession, de l’égoïsme, de la vanité vient toujours entacher les plus belles générosités. Ce rayon d’amour vrai, qui part de Dieu nous rejoint, sollicitant notre don, purifiant nos motivations. Encore faut-il laisser Dieu aimer en nous ! Cette écoute de Dieu a conduit les saints sur les sommets du véritable amour. Voilà la grande récompense de ceux qui aiment le Christ de cet amour qui fait sa volonté : il leur sera donné de le voir vivant… Le croyant devient un voyant comblé devant chaque chose qui l’entoure, un voyant étonné : être chrétien, c’est d’abord être étonné. Être étonné à jamais, étonné de vivre, étonné d’aimer.

Prière universelle

Prêtre : Frères et sœurs, prions ensemble aujourd’hui, pour le monde, pour l’Eglise, pour les hommes et les femmes de notre époque.

Pour que l’Eglise porte au monde, avec la force de l’Esprit, la joie de découvrir la Bonne Nouvelle : l’Evangile qui fait de chacun de nous un être aimé de Dieu, Seigneur nous te prions.

Pour que tous ceux, Seigneur, qui ne connaissent pas le message de ton Amour, avancent sur un chemin de PAIX avec leurs frères, et que le mystère de Pâques devienne pour eux la source d’une nouvelle VIE, Seigneur nous te prions.

Pour tous les petits, les humbles qui sont oubliés, mis à l’écart par la puissance des pouvoirs totalitaires, qu’ils puissent être aidés pour vivre avec dignité, Seigneur nous te prions.

Pour que notre Communauté témoigne de la présence du Ressuscité en accompagnant avec douceur et respect tous ceux qui souffrent dans leur chair, et leur esprit, en particulier les personnes isolées, Seigneur nous te prions.

Prêtre : Tu veux que tous les hommes te connaissent, Dieu notre Père, réponds à la prière que ton Peuple t’adresse avec confiance. Par Jésus le Christ, notre Seigneur – Amen.

ANNONCES DE LA SEMAINE

Revenir